https://www.hepatites-info-service.org
faire un don

"20 % de la population souffre d’un foie trop gras"

Mise à jour le : 22/06/2006
envoyer l'article par mail Partager sur facebook

Questions au professeur Paul Calès, hépato-gastro-entérologue au CHU d’Angers, concepteur des FibroMètres*

Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

Hépatites Info Service (HIS) : Comment sont nés les FibroMètres ?

Paul Calès (PC) : En 1997, mon équipe et moi-même avons été les premiers à publier un test sanguin de diagnostic de fibrose. Il s’appelait SNIFF, c’est-à-dire Score non invasif de fibrose du foie. Nous étions à l’époque dans la même logique que les autres équipes. Nous cherchions à créer un test unique pour toutes les formes d’hépatites. Or nous nous sommes aperçus que le fait d’indiquer la cause d’une hépatite dans la formule améliorait la performance du test. Cependant, pour des problèmes de confidentialité, il était impensable d’écrire sur une ordonnance la cause de la maladie du foie. Nous avons donc inversé le processus en créant un score spécifique pour chaque cause. Nos travaux ont abouti à trois types de FibroMètres adaptés au contexte pathologique : virus, alcool et bientôt foie gras.

HIS : Y a-t-il d’autres raisons au pluriel que vous mettez aux FibroMètres ?

PC : Le pluriel vient aussi du fait que nous proposons deux méthodes pour évaluer la fibrose. Comme les autres, nous le faisons en établissant le score Métavir**. Mais ce que nous apportons en plus, c’est ce que nous appelons l’aire de fibrose, qui donne le pourcentage de foie atteint par la fibrose. Nous pensons que ce test a un certain avenir car il n’est pas arbitraire comme le score Métavir. Il est parlant puisque c’est un pourcentage de fibrose correspondant à une grandeur réelle. Autrement dit, nous avons un FibroMètre qualitatif, qui évalue le score Métavir , et un FibroMètre quantitatif, qui est proche des méthodes d’imagerie (élastométrie : Fibroscan).

HIS : Vous évoquez le foie gras. Cette pathologie est-elle une cause importante des maladies du foie ?

PC : Cette pathologie concerne une population beaucoup plus importante que celle des hépatites virales. Les études démontrent que 20 % de la population souffre d’un foie trop gras. En France, un million de personnes a une fibrose du foie due à un virus et à l’alcool, et 2 millions due à une stéatose, le nom scientifique du foie gras. C’est un sujet sur lequel nous travaillons activement mon équipe et moi-même. Les FibroMètres adaptés à la stéatose seront bientôt à la disposition des malades.

HIS : Les FibroMètres sont-ils validés par les instances officielles ?

PC : Je considère qu’ils sont validés. Cette technique a été testée à Angers, dans la région de Tours, en PACA et à Grenoble avec l’aide de 825 patients. En méta-analyse***, les FibroMètres sortent premiers en terme de performance de tous les tests connus à l’heure actuelle. Ils apportent un peu plus de précision que les autres.

HIS : Les FibroMètres permettent-ils d’éviter la biopsie dans tous les cas de figure ?

PC : Je ne peux pas apporter de réponse précise car la Haute Autorité de Santé (HAS) travaille actuellement sur les recommandations. A mon avis, elle dira que dans certaines circonstances, un avis clinique sera suffisant pour le diagnostic de cirrhose et que dans d’autres cas, beaucoup plus nombreux, il faudra passer par un examen : biopsie, test sanguin (FibroMètres ou Fibrotest), ou Fibroscan.

HIS : Les FibroMètres peuvent-ils être prescrits à des personnes co-infectées hépatite(s) / VIH ?

PC : Cette question est importante car les personnes co-infectées ne souhaitent pas, pour des raisons très légitimes, faire de biopsie. Les FibroMètres ont été évalués dans des populations de co-infectées. Si on compare la performance des tests non pas globalement mais classe par classe de Métavir (de F0 à F4), leur performance est assez similaire entre les populations de mono-infectées et les populations de co-infectées.

HIS : Où en est-on de la prise en charge des FibroMètres ?

PC : Le test est commercialisé au prix de 50 euros. Notre souhait est qu’il soit remboursé, et nous attendons que la Sécurité Sociale se prononce en fonction des recommandations de la HAS. Cependant nous restons vigilant sur le coût global que ce non remboursement implique pour le patient à l’heure actuelle. Par exemple, nous avons choisi de proposer un prix unique regroupant l’ensemble des innovations qui vont permettre une meilleure prise en charge du patient (aire de fibrose, système expert, en plus du score et bientôt de l’activité). Ces nouveautés ne sont pas facturées en sus des 50 euros.

*Les FibroMètres évaluent à partir de tests sanguins la présence de la fibrose

**La gravité de la maladie du foie se mesure usuellement avec une unité spécifique : l’unité Métavir. Cette unité comporte 5 stades : Stade F0 : pas de fibrose Stade F1 : fibrose limitée Stade F2 : fibrose modérée Stade F3 : fibrose d’étendue importante Stade F4 : cirrhose Les 3 derniers stades définissent la fibrose cliniquement significative présente chez environ 50 % des personnes diagnostiquées.

***La méta-analyse est une démarche plus qu’une simple technique, qui a pour but de combiner les résultats de plusieurs essais thérapeutiques pour en faire une synthèse reproductible et quantifiée.


Entretien réalisé par Alain Miguet pour Hépatites Info Service