https://www.hepatites-info-service.org
faire un don

Cas d’hépatite E en France

Cas d’hépatite E en France  - Date de mise à jourMise à jour le : 25/03/2009
envoyer l'article par mail Partager sur facebook
Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

Encore récemment, l’hépatite E était considérée comme une infection propre aux pays du Sud, surtout asiatiques.

Or une étude rétrospective menée à Toulouse de 2003 à 2007 montre que sur 62 cas consécutifs d’hépatite E diagnostiqués au cours de cette période, 97 % sont survenus chez des patients n’ayant pas séjourné dans des pays à risque. En clair, ces patients n’avaient pas quitté la France.

Les patients souffrant d’hépatite E présentent des caractéristiques précises. Ils sont beaucoup plus âgés que ceux présentant une hépatite A (47, 9 ans chez les femmes et 57, 9 ans chez les hommes contre 24 ans en moyenne pour les patients ayant une hépatite A) ; les hommes sont plus touchés que les femmes ; l’hépatite E aiguë est plus sévère que les hépatites A ou B, avec un risque d’hépatite fulminante et de décès estimé compris entre 1 et 13 % selon les études.

Dans les pays du Nord, la transmission semble être surtout d’origine animale, les bovins, ovins, suidés (sangliers, porcs) et cervidés étant des réservoirs de VHE. La transmission peut se faire soit par les déjections d’un animal infecté soit par la consommation de sa viande.

Dans tous les cas répertoriés en France, le VHE était du génotype 3 alors que les génotypes 1 dominent dans les pays asiatiques.

Source Le Quotidien du Médecin