https://www.hepatites-info-service.org
faire un don

Conditions d’accès aux nouveaux traitements anti-VHC

Conditions d’accès aux nouveaux traitements anti-VHC - Date de mise à jourMise à jour le : 4/02/2011
envoyer l'article par mail Partager sur facebook
Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

En attendant la mise sur le marché du télaprévir et du bocéprévir, sans doute vers la fin 2011, il est déjà possible d’en bénéficier dans certaines situations.

Qui est concerné et comment s’y prendre ? Les critères requis pour accéder à l’ATU* de cohorte sont les mêmes pour les deux molécules. Il faut :

- être mono-infecté-e par une hépatite chronique à VHC* de génotype 1, au stade de la cirrhose (fibrose F4), non décompensée
- être non-répondeur-se partiel-le à la bithérapie standard (interféron/ribavirine), ou rechuteur-se (donc en échec thérapeutique)
- la grossesse et l’allaitement sont impossibles en cours de traitement et jusqu’à 6 mois après la fin du traitement.

Si les critères de cette ATU correspondent à votre situation, vous pouvez contacter un médecin spécialiste, de préférence attaché à un hôpital. Sinon, un médecin peut faire pour vous une demande d’ATU nominative, donc individuelle (notamment pour les répondeur-ses nul-lesà la bithérapie).

Qu’en est-il des personnes co-infectées VHC/VIH, pour qui l’accès à cette ATU de cohorte est provisoirement impossible en raison de l’étude en cours des interactions médicamenteuses ? Dans un premier temps, elles devront, pour accéder dès maintenant à ces nouvelles molécules, passer par les essais cliniques BOCEPREVIH (ANRS HC 27) ou TELAPREVIH (ANRS HC 26). Les 160 inclusions prévues au total (80 par protocole) devraient commencer sous peu.

Qui peut participer à ces essais cliniques ? Pour cela, il faut :

- être co-infecté-e VIH/VHC génotype 1, avec + de 200 cd4/mm3, une charge virale VIH < 50 copies/ml depuis au moins 6 mois et une charge virale VHC détectable
- avoir échoué au traitement anti-VHC par la bithérapie classique
- Tous les stades de fibrose sont possibles, avec une biopsie datant de moins d’un an sauf pour le stade F4.
- L’accès à l’essai est conditionné à l’utilisation de certains traitements anti-VIH depuis au moins 3 mois. Si vous êtes intéressé-e, parlez-en à votre médecin pour davantage de précisions.

Rappel de l’intérêt des antiprotéases du VHC bocéprévir et télaprévir : en ajoutant l’une ou l’autre de ces nouvelles molécules au traitement standard actuel du VHC, on obtient des trithérapies anti-VHC qui augmentent d’environ 25 % les chances de guérir d’une hépatite C à génotype 1.

En revanche, il importe de savoir que le télaprévir (nom commercial : Incivo®) et le bocéprévir se prennent en 3 fois par jour (une prise toutes les 8 heures) et peuvent avoir des effets indésirables importants, qui vont venir s’ajouter aux effets indésirables de la bithérapie standard. Ainsi l’utilisation de ces molécules demande-t-elle une surveillance rapprochée.

Tous les détails utiles sur SOS hépatites

* VHC : virus de l’hépatite C

* ATU (autorisation temporaire d’utilisation) : possibilité gérée par l’AFSSAPS (agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) de bénéficier d’un nouveau médicament avant sa mise sur le marché, pour certains groupes de patient-es (ATU de cohorte) ou dans certains cas individuels (ATU nominatives).

Laurent Rossignol