http://www.hepatites-info-service.org
faire un don

Grossesse et hépatite C

2. Grossesse et hépatite C - Date de mise à jourMise à jour le : 13/01/2006
envoyer l'article par mail Partager sur facebook
Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

La transmission de l’hépatite C de la mère à l’enfant existe, mais se révèle peu fréquente (de l’ordre de 3 %). En revanche, lorsque la mère est porteuse à la fois du VIH et de l’hépatite C, le risque de transmission au nouveau-né est de l’ordre de 20 %.

Cependant, lorsque l’enfant est contaminé par le VHC, il guérit souvent spontanément (contrairement à l’adulte). La césarienne n’apporte pas de réduction de la transmission.

Lorsque le père est porteur d’une hépatite C, il ne peut pas le transmettre directement à son enfant sans que la mère soit elle-même contaminée. En revanche, les rapports non protégés, nécessaires pour qu’une grossesse puisse avoir lieu, peuvent être exceptionnellement à l’origine de la transmission de l’hépatite C à la future mère. Même si cette situation est rare, certains couples ne souhaitent pas assumer le risque et utilisent un préservatif lors de tous leurs rapports sexuels.

Il existe une possibilité de recourir à des techniques de procréation médicalement assistée pour les grossesses à risque viral. On prélève alors le sperme du père, qui va subir une série de manipulations de manière à obtenir des spermatozoïdes « lavés » de toute présence du VHC, ainsi qu’on le fait pour le VIH/sida. La technique consiste ensuite en une insémination artificielle ou une fécondation in vitro. Néanmoins, ces techniques sont lourdes, longues, et aboutissent moins fréquemment à une grossesse.

Sources :

- INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D’EDUCATION POUR LA SANTE, Hépatite C : du dépistage au traitement, questions et réponses à l’usage des patients, St Denis, Inpes, 2007, 73 p.

 

Dans la même rubrique