https://www.hepatites-info-service.org
faire un don

Hépatite B chronique : risque accru de mortalité

Hépatite B chronique : risque accru de mortalité  - Date de mise à jourMise à jour le : 10/03/2015
envoyer l'article par mail Partager sur facebook
Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

Les personnes infectées de façon chronique par le virus de l’hépatite B ont un risque de décès prématuré accru de 70 % par rapport à la population générale, démontre une équipe de chercheurs de l’INSERM. 

Quelque 1 100 patients ont été suivis pendants plus de 8 ans en moyenne (56 % d’hommes et 44 % de femmes, âgés en moyenne de 38 ans). Plus de 12 % d’entre eux sont décédés au cours de l’étude. Les conclusions démontrent que les risques de décès par maladie hépatique, carcinome hépatocellulaire et lymphome non-Hodgkinien sont respectivement multipliés par 10, 16 et 9 !

Plusieurs facteurs de risque de décès précoce ont été observés chez ces patients : une consommation d’alcool importante, une forte charge virale ou des complications déjà existantes au moment du diagnostic, être âgé de plus de 45 ans ou être un homme (peut-être associé la consommation d’alcool, plus importante que chez les femmes), ou l’exposition importante aux infections nosocomiales, par exemple en cas de séjour prolongé en service de réanimation.

Pour les auteurs de l’étude, ces résultats réaffirment l’intérêt de la vaccination contre l’hépatite B. « La vaccination protège des infections aiguës, du cancer du foie et plus généralement d’une surmortalité imputable au VHB chez des adultes assez jeunes ».

Environ 280 000 personnes souffrent aujourd’hui en France d’une l’hépatite B chronique.

Source : INSERM