https://www.hepatites-info-service.org
faire un don

Le piercing

1. Le piercing - Date de mise à jourMise à jour le : 2/12/2014
envoyer l'article par mail Partager sur facebook

Pratiqué depuis toujours, le piercing n’est pas sans danger si la règlementation n’est pas respectée.

Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

Comme son nom l’indique, le piercing – ou perçage corporel - consiste à percer la peau. Cette effraction de la peau ou d’une muqueuse a pour objectif de permettre la mise en place durable d’un bijou.

Cette pratique extrêmement ancienne et répandue est pratiquée depuis les premières sociétés humaines.

Le piercing désigne à la fois :

  • l’acte consistant à percer,
  • le trou créé par cet acte,
  • le bijou implanté lors de cet acte.

Chaque type de piercing porte un nom particulier :

  • « langue, nombril, lobe » portent le nom de la zone percée,
  • « labret, tragus, arcade » désignent respectivement un piercing de la lèvre, de la partie cartilagineuse de l’oreille, du sourcil,
  • les parties génitales peuvent également être percées de très nombreuses façons différentes.

Initié par les marins, le piercing du lobe de l’oreille est devenu très courant, à tel point qu’il est désormais pratiqué dans de simples boutiques de bijoux fantaisie, voire dans des salons de coiffure dans des conditions d’hygiène non conformes à la Réglementation ce qui peut entrainer certaines complications.

Les perceurs professionnels utilisent des aiguilles ou des cathéters, soit à usage unique, soit dûment stérilisés. Cependant, le piercing peut constituer une porte d’entrée potentielle pour des agents infectieux (microbes), au moment de la réalisation du piercing mais également pendant la cicatrisation.

Crédit photo : © Tous droits réservés

Sources :