https://www.hepatites-info-service.org
faire un don

Traitement de la cirrhose

7. Traitement de la cirrhose - Date de mise à jourMise à jour le : 13/01/2009
envoyer l'article par mail Partager sur facebook

Le médecin peut être amené à prescrire des médicaments utiles contre la cirrhose et ses complications.

Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

La vitamine A et certains autres médicaments sont contre-indiqués en cas de maladie chronique du foie. Il convient de s’informer à ce sujet auprès de son médecin ou de son pharmacien.

- Lorsque surviennent une diminution des urines et un gonflement des chevilles et du ventre, c’est-à-dire des œdèmes et de l’ascite, des médicaments diurétiques peuvent être prescrits. Ils favorisent l’élimination de l’urine. La prise de ces médicaments nécessite de temps en temps une surveillance par des prises de sang et, dans tous les cas, un régime sans sel à suivre scrupuleusement. Des sels de régime peuvent être alors prescrits.

- Pour réduire le risque d’hémorragie ou pour éviter qu’une hémorragie ne se reproduise, le médecin peut prescrire des médicaments destinés à diminuer la pression du sang dans les veines œsophagiennes : ce sont les bêtabloquants. La prise de ces médicaments ne doit jamais être interrompue brusquement. Les varices œsophagiennes peuvent également être traitées par voie endoscopique, c’est-à-dire par l’introduction dans l’œsophage (par la bouche) d’un instrument permettant l’intervention et, parfois, par voie chirurgicale.

Un traitement peut être proposé pour essayer de ralentir la progression de la fibrose, stabiliser la maladie et éviter les complications évolutives de la cirrhose dont le cancer du foie.

Ce traitement, traitement « d’entretien » est proposé en cas de non-réponse virologique dont la durée sera fonction de la réponse biochimique et de la tolérance.

Ce traitement ne doit être envisagé que chez les patients ayant eu une réponse biochimique (normalisation ou diminution franche des transaminases Transaminases Les transaminases sont des enzymes qui ont une activité métabolique à l’intérieur des cellules. Ces enzymes sont présentes dans plusieurs tissus (foie, cœur, reins, muscles...) reflétant ainsi l’activité du foie et du cœur. Leur augmentation témoigne d’une lésion cellulaire dans le foie, le cœur, les muscles ou les reins.
Il existe deux types de transaminases : les SGPT, signifiant Sérum Glutamopyruvate Transférase (appelées aussi ALAT, Alanine-Aminotransférase) et les SGOT, pour Sérum Glutamooxaloacétate Transférase (dénommées également ASAT, pour Aspartate-Aminotransférase).
L’ALAT, ou SGPT, se trouve principalement dans le foie. Ainsi dans les maladies du foie, l’élévation des ALAT est supérieure à l’élévation des ASAT, alors que dans les maladies des muscles, l’élévation des ALAT est inférieure à l’élévation des ASAT.
) à l’issue du traitement initial.

Patients atteints de cirrhose (score METAVIR F4) : traitement par Interféron (IFN) PEG en monothérapie. La posologie recommandée est :
- pour l’IFN PEGalfa-2a de 180 mg/sem.
- pour l’IFN PEGalfa-2b de 1mg/kg/sem.

Au stade de l’insuffisance hépatique (foie détruit à >75%) il n’existe pas de traitement en dehors de la greffe de foie. Le traitement antiviral est contre-indiqué en cas de cirrhose « décompensée ».

Sources :

- HAUTE AUTORITE DE SANTE, Recommandations professionnelles : prise en charge des complications chez les malades atteints de cirrhose, St Denis, HAS, 09/2007, 39 p.

- INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D’EDUCATION POUR LA SANTE, Hépatite C : du dépistage au traitement, questions et réponses à l’usage des patients, St Denis, Inpes, 2007, 73 p.