https://www.hepatites-info-service.org
faire un don

Semaine de la vaccination 2009

Semaine de la vaccination 2009 - Date de mise à jourMise à jour le : 15/04/2009
envoyer l'article par mail Partager sur facebook

La semaine européenne de la vaccination se déroule cette année du 20 au 26 avril.

Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

Un département et 19 régions sont concernés : Finistère, Alsace, Aquitaine, Auvergne, Bourgogne, Centre, Corse, Franche-Comté, Guadeloupe, Guyane, Île-de-France, Languedoc-Roussillon, Limousin, Martinique, régions Midi-Pyrénées et PACA, Pays de la Loire, Picardie, Poitou-Charentes et région Rhône-Alpes.

Le but de cet événement est de sensibiliser les professionnels et le grand public aux enjeux de la vaccination, un coup de projecteur étant porté en 2009 sur la rougeole. Les informations sont disponibles grâce à la diffusion de brochures, l’organisation de conférences et d’expositions et par le biais de campagnes de communication : affichage, spots radio, etc.

L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) est le coordonnateur de la semaine de la vaccination avec la Direction générale de la santé (DGS).

A l’occasion de la semaine de la vaccination, Hépatites Info Service vous rappelle l’intérêt de se protéger contre les hépatites A et B.

Qu’est-ce qu’une hépatite ?

Une hépatite est une inflammation du foie entraînant une destruction plus ou moins importante des hépatocytes, les principales cellules du foie.

Lorsque cette inflammation est récente, on parle d’hépatite aiguë. Si elle dure depuis plus de six mois, on parle d’hépatite chronique.

Au cours d’une hépatite, le foie est le siège d’un phénomène de régénération des cellules mais aussi de l’installation d’un tissu cicatriciel (fibrose), dont le stade ultime et généralisé s’appelle la cirrhose. Cette dernière est un important facteur de risque pour l’apparition d’un cancer primitif du foie Cancer primitif du foie Se dit du cancer qui prend d’abord naissance dans le foie et peut se propager vers d’autres organes. .

Quels sont les risques ?

L’hépatite A est une maladie que l’on attrape habituellement avec l’alimentation (aliments souillés par le virus). Dans certains cas, elle peut être transmise au cours de certaines pratiques sexuelles lorsqu’il y a un contact direct ou indirect entre l’anus d’une personne porteuse du virus de l’hépatite A et la bouche de son partenaire (Anulingus : quand une personne lèche l’anus de son partenaire, ou bien lorsqu’elle stimule l’anus de son partenaire et que les doigts reviennent après au contact de la bouche.).

L’hépatite B est une Infection sexuellement transmissible (IST), et, en France, la majorité des personnes qui ont attrapé l’hépatite B ont été contaminées sexuellement. La transmission sexuelle est très facile et peut se faire aussi bien lors d’une pénétration vaginale, anale (sodomie), ou buccale (fellation). Plus on a de partenaires, plus on risque de croiser un porteur de l’hépatite B (ils sont 3 fois plus nombreux que les porteurs du virus du sida). Mais l’hépatite B se transmet également lors d’échanges sanguins (échange de matériel d’injection ou de "sniff" lors de la consommation de drogues, accident professionnel chez les professionnels de santé non vaccinés, hémodialyse, etc.). Enfin, l’hépatite B se transmet de la mère à l’enfant lors de la grossesse, de l’accouchement et de l’allaitement. C’est pourquoi, en France, le dépistage de l’hépatite B est obligatoire lors de la grossesse afin de permettre un traitement qui empêchera le nouveau-né d’être à son tour contaminé.

Pourquoi se vacciner ?

L’hépatite A est fréquente dans les pays en voie de développement où elle affecte le plus souvent les enfants. Dans les pays où les conditions d’hygiène sont bonnes, elle est plus rare et touche en proportion davantage les adultes qui ne sont pas protégés, n’ayant pas eu la maladie dans l’enfance. L’évolution de la maladie est habituellement bénigne, mais chez l’adulte, elle est plus souvent symptomatique et potentiellement grave par la survenue d’une hépatite fulminante pouvant être mortelle.

Il existe depuis 1992, un vaccin contre le VHA ayant un taux de séroconversion supérieur à 95 % après la première injection, il confère une protection pendant une durée de 10 à 20 ans.

Plus d’information sur la page Le vaccin contre l’hépatite A

Le VHB est la deuxième cause identifiée de décès par cancer après le tabac. L’hépatite B est l’une des maladies les plus répandues dans le monde (près de 350 millions de porteurs chroniques) responsable de redoutables complications potentiellement graves, à savoir :

- l’hépatite aiguë fulminante (destruction massive et rapide du foie),
- l’hépatite chronique,
- la cirrhose,
- le cancer du foie.

Nous disposons contre cette maladie d’un vaccin efficace. Plus de 25 millions de Français ont été vaccinés contre l’hépatite B.

Plus d’information sur la page Le vaccin contre l’hépatite B

Voir aussi le site Un vaccin pour les gays

Pour toute question sur les hépatites, appelez le numéro vert d’Hépatites Info Service, le 0 800 845 800, ou posez une question par mail (voir en page d’accueil)

Le site de l’INPES

La semaine de la vaccination en Ile-de-France