Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l'accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.
https://www.hepatites-info-service.org
faire un don

VHC et drogue : briser le silence

VHC et drogue : briser le silence  - Date de mise à jourMise à jour le : 27/06/2013
envoyer l'article par mail Partager sur facebook
Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

Dans une tribune publiée dans Libération du 25 juin 2013, Ruth Dreifuss et Michel Kazatchkine* souhaitent briser le silence qui pèse sur les drogues et l’épidémie d’hépatite C.

Cette maladie affecte de manière disproportionnée les usagers de drogues, affirment-ils : sur les quelques 16 millions de personnes qui s’injectent des drogues au niveau mondial, on estime à au moins 10 millions le nombre de celles qui vivent avec l’hépatite C.

Dénonçant l’échec des politiques répressives (Dans les pays où les politiques sont les plus répressives, la majorité des personnes qui s’injectent des drogues vivent ainsi avec l’hépatite C […]), ils militent pour la RDR :

La « réduction des risques » avec la mise à disposition d’aiguilles et de seringues stériles et de traitements de substitution aux opiacés peut pourtant prévenir la transmission de l’hépatite C chez les usagers qui s’injectent des drogues, à condition d’être accessibles suffisamment tôt et à l’échelle requise, y compris en milieu carcéral. Des locaux d’injection ont également prouvé leur efficacité dans la prévention d’overdoses et de contaminations.

Et de poursuivre : Les ressources publiques pourraient être utilisées beaucoup plus efficacement si elles étaient investies dans des politiques de prévention guidées par des objectifs de santé publique.

En conclusion, Ruth Dreifuss et Michel Kazatchkine réclament un changement de stratégie : Le silence sur la nocivité des politiques répressives en matière de drogues doit être rompu : la « guerre contre la drogue » et les approches prohibitionnistes sont une guerre contre le bon sens.

- Lire l’intégralité de la tribune de Ruth Dreifuss et Michel Kazatchkine sur liberation.fr

*Ruth Dreifuss et Michel Kazatchkine sont tous deux membres de la Commission globale de politiques en matière de drogue