https://www.hepatites-info-service.org
faire un don

Hépatites virales chez les usagers de drogue

Hépatites virales chez les usagers de drogue - Date de mise à jourMise à jour le : 12/01/2006
envoyer l'article par mail Partager sur facebook
Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

Le Comité stratégique du programme national « Hépatites virales » a fait une série de propositions pour renforcer le dépistage et la prévention et améliorer la prise en charge des personnes infectées par les hépatites B et C. Certaines d’entre elles concernent les usagers de drogue.

Personnes atteintes :

- Renforcement de la formation des professionnels sur les possibilités de prise en charge de l’hépatite C chez les usagers de drogues,

- Mise en place de consultations spécialisées en hépatologie dans les lieux de consultation des usagers de drogues,

- Accompagnement psychosocial des usagers de drogues traités pour une infection virale C,

- Amélioration du dépistage et de la prise en charge des hépatites virales en milieu carcéral.

- Développement des traitements de substitution par la méthadone, son efficacité semblant supérieure à celle de la buprénorphine pour réduire l’incidence Incidence En épidémiologie, le taux d’incidence rapporte le nombre de nouveaux cas d’une pathologie, observés pendant une période donnée à la population dont sont issus les cas (pendant cette même période). de l’hépatite C chez les usagers de drogues.

- Augmentation du nombre de primo-prescripteurs de méthadone.

Eviter de nouvelles contaminations :

- S’assurer de la vaccination contre l’hépatite B des adultes exposés (hors professionnels de santé),

- Proposition systématique du dépistage de l’hépatite B et de la vaccination contre l’hépatite B en l’absence de marqueurs d’infection par le VHB,

- Diffusion de messages individuels et collectifs sur les risques liés à la réutilisation de la seringue et au partage du petit matériel. Cette campagne, conduite par l’INPES, rappellera que, quelle que soit la pratique, le matériel utilisé doit être personnel, stérile et à usage unique,

- Associer le compte rendu du résultat négatif d’un test de dépistage à un message personnalisé de prévention primaire clair, positif et adapté.

Pour plus d’informations, consulter le rapport sur le site du ministère de la Santé http://www.sante.gouv.fr ; puis taper dans le moteur de recherche : « comité stratégique » (Document en tête de liste).