https://www.hepatites-info-service.org
faire un don

L’hépatite C reste très présente chez les usagers de drogue

L’hépatite C reste très présente chez les usagers de drogue  - Date de mise à jourMise à jour le : 6/09/2006
envoyer l'article par mail Partager sur facebook
Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

La transmission du VHC persiste de manière importante et préoccupante chez les usagers de drogues de moins de 30 ans et les pratiques à risque persistent au sein de cette population. C’est ce que démontrent les premiers résultats de l’enquête Coquelicot menée par l’Institut national de Veille sanitaire (InVS).

1462 personnes ayant eu recours à des drogues injectables et/ou par inhalation au moins une fois dans leur vie ont accepté de participer à cette enquête.

Près de 11 % sont séropositifs pour le VIH et 59, 8 % pour le VHC. 10, 2 % sont co-infectés par le VIH et le VHC. D’une façon générale, la séroprévalence du VIH et du VHC augmente avec l’âge. Alors que la séroprévalence du VIH est quasi-nulle chez les usagers de drogues de moins de 30 ans, elle est déjà de 28 % pour le VHC chez ces mêmes personnes (moins de 30 ans).

Lire le communiqué de presse sur le site de l’InVS