https://www.hepatites-info-service.org
faire un don

Surveillance de l’hépatite A en France en 2006

Surveillance de l’hépatite A en France en 2006 - Date de mise à jourMise à jour le : 19/07/2007
envoyer l'article par mail Partager sur facebook
Diminuer la police Augmenter la police Version imprimable de cet article

Les résultats de la première année de surveillance de l’hépatite aiguë A par la déclaration obligatoire ont été publiés.

Après avoir été arrêtée en 1984, la déclaration obligatoire des cas d’hépatite aiguë A est redevenue effective en novembre 2005 sur recommandation du Conseil supérieur d’hygiène publique.

Les résultats de l’analyse des cas notifiés en 2006 ont fait l’objet d’une publication dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 17 juillet 2007.

Plus de 1 000 cas

1 313 cas d’hépatites aiguë A ont été notifiés, dont 1 295 en France métropolitaine et 18 dans les départements d’outre-mer (3 en Guadeloupe, 1 en Martinique, 3 en Guyane et 11 à la Réunion). Le taux d’incidence Incidence En épidémiologie, le taux d’incidence rapporte le nombre de nouveaux cas d’une pathologie, observés pendant une période donnée à la population dont sont issus les cas (pendant cette même période). des cas notifiés en métropole était de 2, 15 pour 100 000 habitants.

6 département n’ont notifié aucun cas : Ardennes, Haute-Corse, Côte d’Or, Doubs, Haute-Marne et Vendée, tandis que 4 départements en ont notifié plus de 50 : Bouches-du-Rhône, Hérault, Puy-de-Dôme et Rhône.

Contamination intrafamiliale

Globalement, 48 % des cas avaient d’autres cas dans leur entourage dont 75 % dans leur famille, 11 % dans une collectivité d’enfants et 24 % dans d’autres lieux (plus de la moitié vivant sur des sites d’accueil pour les gens du voyage). Un séjour hors métropole a été retrouvé pour 41 % des cas. Parmi ceux-ci, 53 % ont voyagé au Maghreb, 25 % en Afrique subsaharienne et 11 % en Europe dont plus de 80 % en Europe du Sud ou de l’Est.

Groupes à risque

La moitié des cas notifiés étaient âgés de moins de 16 ans. Ce groupe d’âge est le plus touché en raison de la transmission féco-orale du virus, favorisée au sein des familles et des collectivités surtout chez les plus jeunes.

Parmi les 26/45 ans, le taux d’incidence deux fois plus élevé chez les hommes que les femmes pourrait être expliqué par des cas survenant dans deux populations à risque d’hépatite A, les usagers de drogue et les hommes ayant des rapports homosexuels.

Recommandations

La vaccination contre l’hépatite A est recommandée chez les adultes non immunisés et les enfants de plus d’un an voyageant en zone d’endémie.