Dépistage de l’hépatite D

Le dépistage d’une hépatite D se fait sur une simple prise de sang réalisée, sur prescription médicale, dans l’ensemble des laboratoires d’analyses biologiques ainsi que dans les CéGIDD. Ce diagnostic est remboursé par les organismes de protection sociale.

Le diagnostic d’une co-infection ou d’une surinfection repose essentiellement sur la mise en évidence d’une séroconversion : l'apparition d’IgG (antigènes) Delta.

Les IgM (anticorps) sont fugaces dans la forme aiguë et produites de manière plus importante dans la forme chronique. Ainsi, la persistance des IgM anti-D est prédictive de la chronicité et une charge virale VHD positive, 6 mois après la contamination, signe le passage à la chronicité.

Actuellement, il n'existe aucune thérapie antivirale efficace contre l'hépatite D. Les options thérapeutiques restent limitées à l'interféron.

Votre avis compte

Cet article vous a-t-il été utile ?