Évolution de l’hépatite E

Après une durée d’incubation de 20 à 75 jours (en moyenne 40 jours), l’hépatite E se présente sous les formes suivantes :

des formes asymptomatiques dans plus de la moitié des cas ;
des formes symptomatiques, ressemblant à celles de l’hépatite A avec présence de signes généraux non spécifiques : nausées, vomissements, douleurs abdominales, souvent suivi par un ictère;

L’évolution est le plus souvent spontanément favorable en 3 à 5 semaines. Le taux de létalité (proportion de cas fatals) a été estimé entre 1 % et 4 % chez les adultes.

Cependant, l'hépatite E peut évoluer vers :
des formes graves (hépatite fulminante), peuvent survenir chez les femmes enceintes (avec un taux de mortalité de 15 à 20 % des cas), chez les personnes immunodéprimées ou les personnes présentant déjà des lésions chroniques du foie;
des formes chroniques, avec apparition d’une fibrose voire d’une cirrhose, chez les patients immunodéprimés (greffés, sous traitement immunodepresseur, sous chimiothérapie, infectés par le VIH).

Il n’y a pas de traitement spécifique de l’hépatite aigüe E et la plupart des patients guérissent spontanément.

Besoin d'un conseil ou d'une écoute attentive ?

Sources : nvs.santepubliquefrance.fr, Dossiers-thematiques, Maladies-infectieuses, Hepatites-virales