milieu médical et transmission nosocomiale

De nombreuses personnes ont été contaminées par le virus de l’hépatite C en milieu médical. Les personnels médicaux et paramédicaux sont également exposés au risque de contamination par le virus de l’hépatite C lors d’accidents survenant pendant les soins.

transmission nosocomiale

De nombreuses personnes ont été contaminées par le virus de l’hépatite C en milieu médical :

à l’occasion d’une transfusion sanguine,
lors d’actes invasifs (endoscopies, interventions chirurgicales).

La plupart de ces contaminations nosocomiales sont survenues à une époque où le virus de l’hépatite C était inconnu (le test de dépistage n’est disponible que depuis 1991).

Les techniques de désinfection du matériel médical ont été mises au point un peu plus tard, car le VHC est résistant à la plupart des produits utilisés avant 1991.

Les personnes qui ont reçu du sang avant 1991, ou qui ont eu une endoscopie (ou autres actes invasifs) avant 1998, doivent bénéficier d’un test de dépistage de l’hépatite C.

Les contaminations par les virus de l’hépatite A et B sont exceptionnelles.

Les mesures d’hygiène élémentaires (lavage des mains) suffisent à éviter la transmission de l’hépatite A, et les mesures de désinfection permettent depuis longtemps une décontamination efficace des instruments qui ne seraient pas à usage unique.

La vaccination obligatoire des soignants permet d’éviter une transmission accidentelle de l’hépatite B d’un professionnel à un malade.

Sources : DGS, Circulaire DGS/VS 2/DH/DRT n° 99-680 du 8 décembre 1999 relative aux recommandations à mettre en oeuvre devant un risque de transmission du VHB et du VHC par le sang et les liquides biologiques, Paris, DGS, 8/12/1999.

accidents d’exposition des professionnels de santé

Les personnels médicaux et paramédicaux ont également été victimes de contaminations par le virus de l’hépatite C lors d’accidents survenant pendant les soins (piqûre accidentelle, blessure pendant une opération chirurgicale, projections de sang...).

La contamination par l’hépatite C dans le cadre professionnel est prise en charge comme accident de travail.

En cas d’accident d’exposition au virus de l’hépatite C, un suivi et un traitement éventuel peuvent être proposés.

Les précautions universelles destinées à protéger les malades constituent également une prévention efficace pour les professionnels de santé.

Les contaminations professionnelles par l’hépatite B sont devenues rares, puisque l’ensemble des personnels de la santé doit obligatoirement être vacciné contre ce virus.

Sources : DGS, Circulaire DGS/VS 2/DH/DRT n° 99-680 du 8 décembre 1999 relative aux recommandations à mettre en oeuvre devant un risque de transmission du VHB et du VHC par le sang et les liquides biologiques, Paris, DGS, 8/12/1999.

Vous êtes un-e professionnel-le de santé ? Vous avez des questions sur les hépatites ? Des soignants vous répondent au 0 810 630 515