Évolution de l’hépatite A

Le virus de l’hépatite A entraîne une infection aiguë, parfois une hépatite fulminante. Mais, il n’y a jamais d’hépatite chronique liée au VHA. L’évolution est en règle générale rapidement favorable. L’hépatite A guérit en quelques semaines sans traitement.

Plus rarement, on peut observer :

des formes prolongées (15 % des cas) se caractérisant par une évolution sur plusieurs semaines ou mois, avec persistance des signes cliniques (asthénie) et/ou biologiques. Il n’y a pas de passage à une forme chronique ;

des formes avec rechutes : une rechute peut survenir, dans 1 à 2 % des cas, après une guérison apparemment complète ou après une rémission partielle. Cette rechute, en général unique, mais parfois multiple, survient généralement moins d’un mois après la guérison apparente. Le pronostic est excellent ;

les formes fulminantes, mortelles ou nécessitant une greffe hépatique sont peu fréquentes et surviennent dans moins de 1 % des cas. La mortalité liée à l’hépatite A est de 0,6 % ; elle est plus élevée parmi les 60 ans et plus (1,5 %) et parmi ceux ayant une maladie chronique du foie.

Sources : Santé Publique France, L’hépatite A (actualisé en mars 2017), OMS, Hépatite A, Aide-mémoire, N°328, juillet 2016, CNRVHA-VHE, Centre National de Référence des virus des hépatites à transmission entérique Le virus de l’hépatite A - Mars 2012