Les causes de l’hépatite B

L’hépatite B est due à un virus (VHB) à ADN, enveloppé, découvert en 1967.

Ce virus est présent dans le sang, dans les sécrétions sexuelles, dans les lymphocytes, dans la moelle osseuse, dans le lait maternel et dans la salive.

Le VHB peut survivre, en moyenne, 7 jours en milieu extérieur. Il n’est pas inactivé par l’alcool, ni l’éther.

Le pouvoir contaminant du VHB est très grand : le risque de contamination lors d’un accident d’exposition au sang d’une personne infectée par le VHB est de 30 %. Par comparaison, il est de 0,3 % pour le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et de 3 % pour le virus de l’hépatite C (VHC). Le risque de contamination au cours d’un rapport sexuel non protégé, avec un partenaire infecté par le VHB non traité est également plus élevé, 100 plus élevé que pour le VIH.

En France :

Les comportements sexuels à risque sont le facteur principal de transmission du VHB.

Parmi les possibles autres facteurs d’exposition, figure un séjour en pays d’endémie, une exposition familiale à un sujet porteur du virus, ou l’injection de drogues par voie intraveineuse.

Sources : OMS, Hépatite B - Aide-mémoire N°204 - Juillet 2016