Transmission de l’hépatite B

En France, la transmission de l'hépatite B se fait essentiellement à l’âge adulte, par voie sanguine et au cours de rapports de pénétration vaginale, anale ou de rapports oro-génitaux.

Le virus de l’hépatite B (VHB) est 100 fois plus contagieux que le VIH.

Par voie sexuelle, la contamination se fait :

Les rapports sexuels non protégés représentent le principal mode de contamination de l’hépatite B.
Au cours de pénétrations anales ou vaginales,
et lors de rapports bucco-génitaux (Le risque en cas de fellation existe pour les 2 partenaires. En cas de cunnilingus, le risque est très faible sauf si le cunnilingus est pratiqué pendant les règles).

Par voie sanguine, la contamination se fait :

lors du partage d’aiguilles, de seringues, de préparation ou de matériel d’injection pour les usagers de drogue par voie intraveineuse,
lors de partage de pailles utilisées pour le "sniff". (Il existe un nombre important de vaisseaux dans la narine et si un utilisateur de la paille se blesse alors qu'il est infecté par le VHB (mais également risque pour le VHC et le VIH), la paille peut alors contaminer un autre utilisateur en cas de blessure.),
lors du partage de matériel tels brosses à dents, rasoirs, coupe-ongles (transmission intra-familiale),
lors d’actes dentaires, de tatouages et de piercings, d'acupuncture, de scarifications si les normes de stérilisation ne sont pas respectées.

De la mère à l’enfant, la contamination se fait :

En cas de contamination de la maman, le risque de transmission du VHB lors de la grossesse et de l’accouchement varie de 20 à 80 %. Le risque est plus élevé en cas de contamination de la maman pendant la grossesse. Des transmissions de la mère à l’enfant peuvent aussi survenir dans les premières semaines de la vie de l’enfant (contact sang-sang), et au cours de l’allaitement.

En France, le dépistage de l’hépatite B obligatoire au cours de la grossesse permet de prévenir la transmission du VHB de la mère infectée par le VHB à l’enfant en vaccinant les bébés à la naissance.

Plus de 90 % des bébés contaminés avant l’âge d’un an développeront une hépatite B chronique (alors que le passage à la chronicité chez l’adulte se fait dans 10 % à 20 % des cas).