Hépatite G

L'hépatite G est due à un virus découvert en 1995 et désigné sous le nom de VHG. Modes de transmission L'hépatite G se transmet essentiellement par voie sanguine. Les principales personnes touchées sont les patients transfusés et les utilisateurs de drogues injectables (environ 2 % des donneurs de sang aux États-Unis, a priori en bonne […]

Prévention de l’hépatite E

La transmission du virus de l'hépatite E (VHE) se faisant essentiellement par voie alimentaire, des recommandations spécifiques à l'hépatite E existent : Se laver les mains, nettoyer les ustensiles et les surfaces après manipulation de foie de porc cru, Cuire suffisamment les aliments à risque (figatelli, saucisses sèches de foie, pâte à quenelle...). Ces recommandations […]

Évolution de l’hépatite E

Après une durée d’incubation de 20 à 75 jours (en moyenne 40 jours), l’hépatite E se présente sous les formes suivantes : Des formes asymptomatiques dans plus de la moitié des cas, Des formes symptomatiques, ressemblant à celles de l’hépatite A avec présence de signes généraux non spécifiques : nausées, vomissements, douleurs abdominales. Un ictère […]

Symptômes de l’hépatite E

L’hépatite aiguë du VHE est semblable à l'hépatite A aiguë et donc, le plus souvent, asymptomatique. Environ la moitié des infections sont asymptomatiques (20 à 80 % suivant les études), en particulier chez les enfants. Dans 10 % des cas, elle est symptomatique et associe : syndrome grippal : fièvre, céphalées (maux de tête), douleurs […]

Causes de l’hépatite E

L’hépatite E est due à un virus, le VHE, dont l’identification date de 1983. Il existe 4 génotypes : génotypes 1 et 2 dont le réservoir est l’homme et les génotypes 3 et 4 dont le réservoir est l’animal. Le virus est excrété dans les selles des sujets infectés. Il se transmet principalement en buvant […]

Transmission de l’hépatite E

La transmission est identique à celle de l’hépatite A. La pénétration du virus dans l’organisme est digestive. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire (réservoir humain, génotypes 1 et 2) où la fourniture en eau potable et l’assainissement ne sont pas maitrisés, la VHE se transmet préférentiellement : Par voie hydrique (qui a rapport à […]

Dépistage de l’hépatite D

Le dépistage d’une hépatite D se fait sur une simple prise de sang réalisée, sur prescription médicale, dans l’ensemble des laboratoires d’analyses biologiques ainsi que dans les CeGIDD. Ce diagnostic est remboursé par les organismes de protection sociale. Le diagnostic d’une coïnfection ou d’une surinfection repose essentiellement sur la mise en évidence d’une séroconversion : l'apparition […]

Évolution de l’hépatite D

Virus incomplet, la présence du virus de l’hépatite B est nécessaire pour que le virus Delta responsable de l’hépatite D puisse se développer. Cliniquement, rien ne permet de distinguer une hépatite aiguë par coïnfection VHB/VHD d’une hépatite aiguë par le VHB seul. La coïnfection par VHB/VHD se caractérise par une tendance à une gravité augmentée […]

Symptômes de l’hépatite D

1 fois sur 10, et comme pour l'hépatite B, la contamination par le VHD se traduit par des symptômes tels que : Fatigue, Nausées, Vomissements, Syndrome pseudo-grippal (fièvre, courbatures…), Jaunisse.

Transmission de l’hépatite D

Les modes de transmission de l'hépatite D sont identiques à ceux de l'hépatite B. L’infection VHD peut être simultanée à l’infection VHB (on parle alors de coïnfection) ou peut survenir chez un patient déjà infecté de façon chronique par le VHB (on parle alors de surinfection Delta). En France, 86% des patients coïnfectés B-D sont […]